La solitude mon amie

Cet article est écrit dans le cadre d’un carnaval d’article initié par mon amie Chantal du blog “Ambition et réussite”. http://ambition-et-reussite.com/

Vous trouverez en bas de cet article tous les auteurs de ce carnaval d’articles sur le thème de la solitude comme amie, je vous invite à les découvrir !

nature-solitude-meditation

La solitude mon amie.

 

Je suis seul.

Je viens de quitter ma femme après six ans de vie commune, six années de bonheur vécues avec passion, dans le confort et avec une évolution professionnelle sur des rails. Nous sommes en 1989.

Mais aussi six années à me dire « Je dois partir pour vivre ce que je suis vraiment.

J’ai tout quitté : ma femme que j’adore, mon métier dans une banque où je suis bien payé, mon avenir tout tracé de cadre assuré de bénéficier d’une retraite confortable, mes amis, mes loisirs, ma belle maison avec jardin à Sceaux et sa splendide cheminée sculptée en bois d’olivier.

Tout.

J’ai déménagé dans un petit studio minuscule à Paris qui doit faire 25 m².

J’ai tout quitté pour être enfin moi, exprimer mon être tout entier, explorer chacune de mes facettes tour à tour, arpenter mes chemins dans l’ombre comme dans la lumière, en tirer le meilleur pour vivre enfin intensément qui je suis vraiment.

La solitude, mon amie.

Premier jour : je suis assis devant la table sur laquelle j’ai posé un joli miroir ansé. De chaque côté j’ai placé un bougeoir en laiton, les chandelles rouges sang éclairent faiblement la petite pièce, toute en intimité.

Dehors il pleut, il pleut aussi en moi. Et je pleure doucement…

Je me regarde intensément dans ce miroir, je scrute mes yeux, je cherche en moi ce que je veux vraiment être. Qui suis-je ?

Je pense : « J’ai passé ma vie entière à me lancer des défis, je les ai réussi tous, plus ou moins difficilement. Quand je baissais les bras et ça m’est arrivé souvent, je prenais le temps de prendre du recul, je me mettais en vacances le temps de reprendre forces et courage, et puis je recommençais. »

Oui, mais quels défis ? Ce sont des défis d’orgueil et ces défis-là je n’en veux plus puisqu’ils ont été réalisés pour le regard des autres, de ma famille et mes proches, comme une revanche sur mon passé de timide et d’introverti qui n’arrivait à rien.

Je pense : « Mon vrai défi, mon seul défi est maintenant d’être moi, le moi total, ombre et lumière.

Et bien que je choisisse la lumière, je dois en passer par mon ombre pour vivre totalement et sereinement, sans arrière-pensée, remord ou regret.

Je vais me focaliser sur chacune de mes facettes et la vivre, j’ai compris que c’est ce que je dois faire, c’est la seule chose à faire.

Tout le reste n’a aucune importance dorénavant, jusqu’à ce que j’ai reçu un signe, celui qui me dira ce que je dois faire de mes résultats. Je comprends que tout le sens de ma vie va émerger à la suite de cette exploration profonde.

J’ai une foi profonde ancrée en moi quant à ma réussite certaine : je sais que je vais arriver à mon objectif.»

Et soudain, je suis joyeux !

6-MS49898-4 (2)Je connais le chemin à prendre, je connais l’objectif de ce long voyage dont je commence tout juste à entrevoir les possibilités pour moi d’évolution sur tous les plans. Je discerne chaque étape et le plan de bataille, car c’en est une. Je visualise la stratégie et la tactique. Ma vision de l’ensemble est complète !

Et soudain je comprends le sens de la vie que j’ai vécu jusqu’à maintenant : me faire arriver à ma décision d’aujourd’hui !

Je suis profondément joyeux de constater que cette solitude recherchée, et en réalité attendue depuis de nombreuses années devient mon alliée, mon amie.

Je vais enfin sculpter ma vie !

J’ai une bouteille de vin sur une étagère, je la débouche et je bois un verre à ma santé et à mon avenir d’Homme, d’humain.

 

J’ai un sourire aux lèvres et un rire dans les yeux…

________________________________________________________________

 

Je vous invite à lire les autres articles dédiés à La solitude comme amie :

Mon amie Sandie du blog “Zen sans méditer” http://www.zen-sans-mediter.com/ne-plus-jamais-se-sentir-seul/

Eliane de “Mon blog anti-cancer” http://monbloganti-cancer.com/la-solitude-choisie-quel-cheminement/

Cécile du blog “La sorcière et le médecin” http://la-sorciere-et-le-medecin.com/nature-solitude-reconfort

Nicolas du blog “Une retraite heureuse” http://retraiteheureuse.com/les-bienfaits-de-la-solitude

Catherine du blog “Changer de Vie Aujourd’hui”  http://changerdevieaujourdhui.com/la-solitude-votre-meilleure-amie-creative-podcast/

Hélène du blog “Réussite possible”   http://www.reussitepossible.com/la-solitude-un-bonheur-a-vivre/
Angélique du blog “Vivre de l’immobilier” http://vivre-de-limmobilier.com/la-solitude-votre-alliee/

Dorian du blog “Plateforme bien être” http://www.plateforme-bienetre.fr/comment-sortir-de-la-solitude/

Chantal du blog “Ambition et reussite” http://ambition-et-reussite.com/quel-lien-entre-paris-en-deuil-et-solitude-mon-amie

 

Crédit photos : 123RF et L’Atelier de Pierre

FacebookTwitterGoogle+Partager

23 thoughts on “La solitude mon amie

  1. Beau partage ! La solitude, dès lors où on ne la considère pas comme un abandon, un manque d’amour des autres, mais aussi de soi envers soi, est un moment très fort dans un parcours de vie. A la condition de ne pas se vautrer dans ‘le mode caliméro’, elle est un excellent moyen de redéfinir ses priorités afin d’avancer sur son chemin afin d’être en phase, en équilibre avec ce qui nous fait vibrer.

    • La définition d’être seul est relative au contexte de chacun Nathalie.

      Certaines personnes estiment la solitude comme une chose à éviter, quelque chose qui n’est pas naturel à l’humain.
      Je ferais une différence entre “la solitude” et “être seul”.
      La solitude est un mot qui définit en général dans l’esprit des gens un statut qui n’est pas enviable, presque comme une tare. Il y a là tout le poids d’une culture, d’us et coutumes, où il ne fait pas bon être seul.
      Pour moi, être seul est un choix à faire dans certaines circonstances. La solitude devient alors une bénédiction et source de plaisir !

      Je dis souvent qu’en réalité l’important est d’avoir le pouvoir de choisir. A mes yeux le choix est synonyme de liberté et d’autonomie.
      Pouvoir choisir d’être seul ou ne pas être capable de choisir, telle est la question ! 🙂
      Cela va plus loin en fait, car au coeur de tout cela, la question est de choisir son état intérieur, que l’on ai opté pour une certaine solitude (apparente aux yeux des autres) ou non.
      On peut tout-à-fait vivre une solitude totale au milieu des gens et en étant très entouré, et même en étant aimé !
      De la même manière, on peut très bien ne ressentir que les bienfaits de la solitude et non pas les inconvénients que d’autres y verraient, dans la mesure où il s’agit d’un choix, ponctuel ou même à long terme…

      Donc, pour répondre à ta question, ma réponse étant éclairée par ce que j’ai dit ci-dessus : non, tu as raison Nathalie, je n’ai jamais été vraiment seul, puisque j’ai choisi la solitude au moment où j’en avais besoin, et qu’être seul avec moi-même était un véritable plaisir, un dialogue intérieur riche de promesses d’évolution personnelle ! 🙂

  2. Super article Pierre!
    Merci de nous faire partager ces moments.

    C’est important d’être soit même, je connais bien ce sujet et surtout le regard d’autrui.
    Tu fais preuve d’un grand courage de parler de ton expérience sur ton blog.

    BRAVO!

    • Merci Angélique ! Mais tu sais, le courage c’est faire quand même ce qui nous fait peur. Or moi je n’ai pas besoin de courage puisque je me contente d’être juste moi-même dans ce que je fais ou pense ! 🙂
      Idem pour les défis que je me lance, pas besoin de courage ou de volonté, juste de préparer le terrain, imaginer les étapes et puis les suivre tout simplement en se mettant de temps en temps un petit coup de pied au cul…

  3. Très beau témoignage d’un jeune homme à qui on avait tracé la route et quel sursaut de vie d’avoir tout balayé pour se confronter à soi-même, à accepter la solitude pour faire jaillir sa lumière. C’est une sacrée force que tu as trouvée. Et tu poses bien indirectement la question : est-ce qu’on choisit toujours bien sa vie ?
    Se reconnecter régulièrement à son espace personnel nous permet véritablement de poser la question du choix. Faire un choix et l’assumer, c’est être en phase avec soi-même. Etre à la recherche de l’être intérieur.. Qui sommes-nous réellement ? Merci pour cette confession intime…

    • Merci Eliane !
      En fait, j’ai pris à plusieurs reprise des virages à 180° dans ma vie perso et pro, dans le seul but de “réajuster” finement ce que j’entreprenais avec qui j’étais de manière à me sentir dans mon axe de vie. Bien entendu on ne demeure jamais statique et à mes yeux toute évolution entraîne nécessairement de sortir abondamment de ses zones de confort sur plusieurs plans. “Qui sommes-nous réellement” est à mon sens une question qui se pose chaque jour puisque chaque jour est un jour nouveau… Mais l’essentiel est ce fil rouge qui guide nos pas vers la lumière que l’on choisit de vivre, sa propre lumière !

  4. Bonjour Pierre et merci pour ton authenticité. J’ai vécu un peu la même chose cette année en quittant mon job, ma sécurité financière et ma copine après 5 ans, pour trouver ma liberté et pouvoir m’aligner avec ce que je suis vraiment.
    Et quel bonheur ! Mais cette lumière, comme tu en parles si bien, se trouve après avoir connu et surmonté l’obscurité.

    Au plaisir !
    Dorian

    • Oui Dorian !
      Je dis souvent que seuls ceux qui ont affronté l’ombre peuvent réellement apprécier la Lumière, et c’est valable sur bien des plans car ce qui est “en-haut” est comme ce qui est “en-bas”… 🙂

    • Je suis heureux que tu sois touché par cet article Nicolas ! Il est vrai que c’est un bout d’intimité que j’ai livré… Le but en était que le lecteur puisse éventuellement ressentir un écho dans son propre cheminement et peut-être susciter un défi à venir… 😉

  5. Bonjour Pierre, merci pour ce témoignage que je trouve très émouvant. Pas de nécessité de s’interroger sur les décisions et les bons ou mauvais choix quand on les fait en accord avec soi. La solitude vécue positivement, je te rejoins totalement sur ce point, doit permettre d’écouter plus attentivement ce que tu appelles le guide intérieur. Moi j’aime croire que c’est une forme d’énergie qui nous relie aux autres et plus largement à tout le vivant. Et la “capter” nécessite de faire l’expérience de la solitude, pour le meilleur. Le meilleur de soi mais aussi plus globalement de tous. Car c’est en s’améliorant individuellement, en écoutant ce guide intérieur qui est le notre mais pas seulement que nous élevons la condition humaine. Du moins, je le crois. Longue vie à ce nouveau blog!

    • Merci beaucoup Cécile ! 🙂
      Tu as dis exactement ce que je pense et crois au plus profond de moi !
      Oui, nous sommes tous reliés et ce que l’on fait pour soi, on le fait aussi pour les autres. Cette énergie déployée pour soi touche l’Univers dans son ensemble par le biais de ce guide intérieur dont j’aime expliquer le fonctionnement et qui nous offre une réelle liberté de choix et d’action dans l’axe de qui nous sommes vraiment !

    • Merci Cathy ! 🙂
      Je ne le sens pas comme du courage, mais simplement la vision de ce dont j’ai besoin pour vivre intensément qui je suis réellement. C’est enlever toutes les couches qui recouvrent le diamant lumineux que chacun porte en lui ! Tout est déjà là en nous tous et il suffit de le VOIR et d’accepter que la seule chose à faire et de ne pas chercher à contrôler, juste à enlever le superflu… C’est dans ce sens que j’ai mis en place ces ateliers de sculpture et que je parle de “oser laisser apparaître sa créativité” sur mon blog http://latelierdepierre69.com/
      car oser laisser émerger sa créativité, c’est oser être soi !

  6. Hello Pierre,

    Tout quitter pour te retrouver toi : tu ne devais pas te sentir heureux au fond de toi, car quitter une femme à laquelle tu tenais a du demander quelques sacrifices.
    Sacré défi auquel il est nécessaire de faire face.
    L’état de solitude dans lequel tu es maintenant devrait te donner de sacrées pistes de réflexion te donnant accès à ton être intérieur pour t’ouvrir la porte de la connaissance de toi.
    Courage, persévérance et confiance, je t’envoie.
    Hélène

    • Mais je ne suis et n’ai jamais été en “état de solitude” Hélène, dans le sens où quand je suis seul avec moi-même je ne suis pas seul du tout ! 😉
      En revanche, si l’on est sincère avec soi-même, on peut aller très loin dans son exploration intérieure, et les défis successifs que j’ai mis en place n’avaient plus de liens avec mon orgueil ou mon ego, et étaient organisés pour me faire avancer au contraire avec humilité et dépassement de moi, en lien avec “ce que je peux faire pour moi ET les autres”. Je sens aujourd’hui que je suis sur la bonne voie depuis quelques années car je suis convaincu que la clé d’un défi “juste” est l’humilité…

    • En fait, j’étais très heureux Hélène, simplement j’avais besoin à 25 ans d’aller explorer qui j’étais vraiment ! Rien de plus “normal”, sauf que peu de personnes osent tout quitter pour cette démarche personnelle !
      Et puis, je ne quittais pas du tout l’amour partagé, je n’étais juste plus présent physiquement, mais cela n’est pas très important à mes yeux, l’important est bien ce qu’il se passe d’âme à âme…

  7. Nouveau blog, nouveau défi ? Tout cela semble bien prometteur… un point m’interroge dans ton article : tu dis adorer ta femme aussi avais-tu besoin de la quitter pour te trouver toi ? Je pense qu’on peut rester avec l’être aimé – même si on a besoin d’un break ce qui, je pense, peut être salutaire pour le couple dans bien des cas… – et se mettre face à soi-même. Là, j’ai l’impression que tu as sacrifié cet amour sur l’autel de ta solitude choisie mais il manque peut être des détails à ton histoire… En tous cas, une belle force de caractère car peu sont capables de tout plaquer pour vivre… avec eux et ta vie actuelle prouve que c’était quand même une bonne solution pour toi. Merci de ces confidences.

    • Je ne suis pas entré dans le détail de l’histoire, Chantal, car mon but avec cette histoire vécue était de donner à réfléchir au lecteur sur le choix de la solitude, vécue comme une promesse de découverte de soi.

      Ce n’était pas un sacrifice pour moi dans le sens où je faisais justement ce choix que je sentais indispensable au fond de moi, mais bien entendu ce n’était pas facile.

      La suite m’a confirmé que j’avais eu amplement raison de faire ce choix, je me suis posé les bonnes questions et j’ai eu une série de rencontres avec des êtres remarquables qui ont littéralement transformé ma façon de voir les choses et dont je ressens encore la présence en moi. Si je n’étais pas parti, je n’aurais eu aucune chance de pouvoir le faire de cette façon qui a été pour moi le déclencheur principal de mon évolution.

      Ce qui est important, ce n’est pas que j’ai eu raison ou tort, mais d’avoir écouté mon guide intérieur, d’avoir choisi de sortir de toutes mes zones de confort et pris un certain risque, et puis ensuite j’ai beaucoup reçu !

      Pour faire suite à l’histoire, nous nous sommes aimés pendant près de 20 ans à distance, car le temps ni la distance ne change rien à l’amour…

Leave a Comment